© 2019 by ISA. Created and managed by ISA - INTELLIGENCE & SCIENCE APPLICATIONS

PROJET 69   INSTASUR

Installations chimiques à haut risque et réduction du risque dans la région de la Façade Atlantique de l’Afrique (FAA)

DESCRIPTION

Installations chimiques à haut risque et réduction du risque pour la Façade Atlantique de l’Afrique (FAA).

Façade Atlantique de l’Afrique:

  • Benin

  • Cameroun

  • Côte d'Ivoire

  • Gabon

  • Liberia

  • Mauritanie

  • Maroc

  • Sénégal

  • Sierra Leone

  • Togo

L’Union Européenne a mis en place l’initiative des Centres d’excellence pour la lutte contre le risque NRBC,  comme support pour assurer une coopération et une coordination entre tous les niveaux de gouvernement et des partenaires internationaux afin de lutter contre le risque NRBC, qu’il soit de nature criminelle, accidentelle ou naturelle, en offrant une approche cohérente et complète couvrant la prévention, préparation, réponse et réhabilitation, comprenant notamment les aspects légaux, réglementaires, policiers, organisationnels et techniques. Plus de 70 projets ont été lancés à ce jour et sont en ligne sur le portail www.cbrn-coe.eu

Accompagner dans la sécurité le développement économique de la façade atlantique de l’Afrique (FAA) et la constitution d’un tissu industriel performant qui ne soit pas une source de risque pour la population.

Développer les capacités et la bonne gestion des risques chimiques dans la région FAA, à travers :

  • La prévention de l’occurrence de risques graves d’incidents chimiques à l'intérieur et autour des installations

  • L’intervention rapide et adaptée en cas d'incident chimique, pour limiter l'impact sur la santé humaine et sur l'environnement, et reprendre une activité normale (pour préserver l’activité économique et l’emploi)

  • La création d'une équipe pluridisciplinaire régionale (ER) composée de 31 experts francophones

  • L’acquisition de compétences variées: Reconnaître les produits chimiques dangereux, classer une installation qui contient des produits chimiques, conduire et vérifier les études de danger, les mesures de réduction des  risques de pollution, les plans d'urgence et de relance

  • La création de modules pédagogiques des bonnes pratiques (en français & en anglais)

  • La mise en œuvre des bonnes pratiques et des recommandations juridiques: classifications de quelques installations, rapports de positionnement des pays (profils des pays), sensibilisation à un dialogue interministériel et étatique-industriel, exercice régional

  • Accompagner les pays partenaires (Bénin, Cameroun, Côte d’Ivoire, Gabon, Liberia, Maroc, Sénégal et Togo) vers l'autonomie dans le domaine de la prévention, de la préparation et de la réponse aux risques industriels

  • Consolider et mettre en pratique les bases acquises durant la mise en œuvre du P41

  • Renforcer la dimension régionale du projet 41

  • Permettre à deux nouveaux pays (Mauritanie & Sierra Leone) de rejoindre les pays ayant participé au P41

  • MTC1 : Assistance technique permettant à terme de faire évoluer le cadre juridique

  • MTC2 : Renforcer l’équipe régionale, tant numériquement qu’en termes de compétence

  • MTC3 : Soutenir techniquement les actions menées par l'équipe régionale (ER) dans chaque pays

  • Deux ans (2019 – 2020) de mise en œuvre, 150 activités

  • Travaux de mise à jour du cadre juridique (nouveaux textes juridiques à développer)

  • Identification et dénombrement des établissements à haut risque (seuil bas, seuil haut)

  • Les principales parties prenantes dans la réduction des risques liés aux industries chimiques à haut risque reçoivent une formation, une information ou un soutien technique

  • Mise en œuvre de mesures de réduction des risques (études de danger, de plans d'urgence, de SGS, de règles d’urbanisme, de dialogue au niveau local, d'inspections et d'exercices)